TALENTS


La chimie du mode de vie

Des matières naturelles, des huiles ultra pures et une touche de créativité. Liza Witte est partie de l’histoire des premiers flacons de parfum du début du XIXe siècle, lorsque les parfums étaient conservés dans des flacons créés par René Lalique et Émile Gallé. Elle signe aujourd’hui des collections de savons exposées dans les musées de toute l’Europe

Each perfume has a story to tell. It speaks of encounters, memory, bodies, travels and of emotions. "Nothing is more memorable than a smell" wrote the English poet Diane Ackerman. "A perfume can be unexpected, momentary and fleeting and yet evoke a summer of our childhood on a mountain lake". A fragrance is an alchemy. Whoever designs it has a deep knowledge of plants, flowers and chemistry, knows perfectly well the olfactory reactions on the skin, the persistence of a smell in an environment.

A perfume designer is able to identify desires by interpreting the characters of the people who often express themselves through the fragrance they wear. Liza Witte defines herself as an artist and perfumer. We are meeting her in Amsterdam where she relocated from a small village in Germany.

The Silhouette Collection, seemingly as lasting and solid as its glass predecessors, is in reality like perfume itself: ephemeral and sensuous, fading with time and use. As with perfume (from “per fumum” meaning ‘through smoke’) these monuments of smell prove to be transient, eventually dissolving into air

Lize Witte in her Amsterdam laboratory.

La collection Silhouette présentée sous des cloches en verre. Des savons à exposer, à utiliser quotidiennement ou comme parfum d’ambiance

Chaque parfum a une histoire à raconter. Il parle de rencontres, de souvenirs, de corps, de voyages et d’émotions. « Rien n’est plus inoubliable qu’une odeur », a écrit la poétesse anglaise Diane Ackerman. « Un parfum peut être inattendu, momentané et fugace, mais il évoque un été de notre enfance sur un lac de montagne ». Le parfum est une alchimie. Son créateur est un connaisseur de botanique et de chimie. Il connaît les réactions olfactives sur la peau et la persistance d’une odeur dans un environnement.

Un créateur de parfum est capable d’identifier les désirs en interprétant le caractère des personnes qui s’exprime souvent à travers le parfum qu’ils portent. Liza Witte se définit comme artiste et parfumeuse. Nous l’avons rencontrée à Amsterdam, où elle habite désormais après avoir quitté son petit village d’origine en Allemagne.

La collection Silhouette, qui semble aussi durable et solide que ses prédécesseurs en verre, est en réalité un parfum en soi : éphémère et sensuel, s’effaçant avec le temps et l’usage. Comme pour le parfum (de « per fumum » qui signifie littéralement « à travers la fumée »), ces monuments de senteur sont fugaces et finissent par se dissoudre dans l’air

Lize Witte dans son laboratoire à Amsterdam.


Quelle est votre histoire?

Au début de ma vie, j’étais danseuse : une carrière interrompue à cause d’une blessure qui m’a ramenée là d’où je venais. Je suis donc retournée à ce que j’avais toujours fait dans mon enfance : créer des objets avec mes mains. Je suis née et j’ai grandi en Allemagne, dans un petit village au milieu des bois et des champs. Mes grands-parents cultivaient de magnifiques jardins et faisaient tout eux-mêmes : semer, récolter, entretenir. Une obsession du détail que j’ai intégrée dans la recherche de matériaux. La matière est une véritable obsession, de sa texture à ses mille déclinaisons. Il y a dix ans, en regardant les flacons de parfum d’Émile Gallé et René Lalique, j’ai eu l’idée de créer la collection Silhouette : une synthèse entre forme et matière. Depuis lors, le parfum est devenu ma matière et mon carnet de notes.

Je n’avais pas l’intention de créer une marque, mais c’est arrivé : je suis devenue accro à la production de savon, j’ai cessé d’en acheter et j’ai appris à les fabriquer moi-même. J’avais beaucoup d’huiles, des huiles essentielles. J’ai d’abord fabriqué des savons pour moi, puis pour mes amis et aujourd’hui pour tous les passionnés.


Quand avez-vous découvert le monde du savon?

Quand j’étais danseuse, je devais me doucher au moins deux fois par jour, avant et après le cours. J’avais toujours la peau sèche, des éruptions cutanées et des taches rouges à cause des savons ou des gels douche et j’étais obligée d’utiliser beaucoup de lait corporel. Je n’ai jamais aimé les flacons en plastique, encore moins dans ma salle de bain. J’enlevais même les étiquettes pour avoir un impact plus minimaliste.

Puis j’ai découvert des savons naturels de qualité et j’ai commencé à les collectionner au cours de mes voyages, principalement en Méditerranée ou à Alep. La collection Silhouette est le résultat de toutes ces expériences auxquelles s’est ajoutée une pensée pour la Terre : aujourd’hui, il est vraiment important d’éviter le plus possible les emballages en plastique. Les savons et les shampooings en barre sont une bonne solution pour protéger l’environnement : ils peuvent être emballés dans du papier, ils sont faciles à transporter et disparaissent sans laisser de traces.


Mode, design, art. Quel est le rapport avec la création de parfums ?

Pour moi, tout tourne autour de la matière et de sa texture : il est essentiel que chaque produit ait une âme, un caractère bien défini. Le secret réside dans la personnalité de la création. Le toucher, le mouvement, la durée et le récit, tels que je les ai vécus lorsque je dansais, sont des ingrédients indispensables pour donner vie à quelque chose qui a du sens. Mes expériences passées se sont transformées en produits qui rayonnent, entourent, incarnent et améliorent le quotidien. Ils racontent des histoires qui deviennent peu à peu uniques, liées à des moments de la vie personnelle de chacun. Et ils finissent par disparaître.

J’ai souvent collaboré avec des artistes et des designers pour créer des installations et des performances. Mais là, il est indispensable de créer des parfums ou des objets qui puissent franchir les frontières entre les personnes, entre les personnes et l’espace, entre les personnes et les objets. Je m’occupe toujours de performances. La dernière est axée sur la mémoire : j’évoque le souvenir du parfum d’une personne qui n’est plus là depuis longtemps.


Comment créer un parfum?

Je commence par sélectionner les ingrédients - crus, authentiques ou imparfaits, insolites, toujours de qualité. Ils doivent également remplir un autre critère : la simplicité. Pensez à tout ce que vous pouvez regarder pendant longtemps sans vous lasser ou aux histoires que vous pouvez raconter en maintenant le public en haleine du début jusqu’à la fin. C’est la même chose pour mes savons. Je me concentre sur les bonnes matières, parce qu’elles doivent accompagner les personnes sans jamais devenir incommodantes ni écoeurantes.


Quelle est la différence entre vos collections?

Ce sont tous des parfums de niche. Mes savons contiennent de multiples notes botaniques d’huiles essentielles. Et pas seulement. J’ajoute des extraits, des macérats, des argiles, des herbes, du lait, des colorants ou des additifs naturels comme le charbon qui sert de détergent. Je n’utilise pas de colorants artificiels, d’additifs, de conservateurs et autres. Mes créations sont à michemin entre la botanique et le floral, mais elles se caractérisent toutes par un parfum délicat.

Quelques-unes des huiles essentielles créées par Liza Witte. Ci-dessus, Jux, Handmade Fragrance Übermut.


Par où commencez-vous lorsque vous créez un parfum?

Tout mon travail se base sur la matière. Je commence par sélectionner de bons ingrédients - crus, authentiques ou imparfaits, insolites -, mais la qualité me tient à coeur ainsi que la simplicité. Pensez à tout ce que vous pouvez regarder pendant longtemps sans vous lasser ou aux histoires que vous pouvez raconter en maintenant le public en haleine du début jusqu’à la fin.

C’est la même chose pour mes savons faits à la main. Je me concentre sur les bonnes matières, parce qu’elles doivent accompagner les personnes sans jamais devenir incommodantes ni écoeurantes. Mes barres de savon sont en fait comme des morceaux de matière première. Je soigne énormément l’emballage, que je réalise bien sûr entièrement à main, même l’inscription, afin de créer un produit visuellement attractif..


Comment la collection Silhouette est-elle née?

Je travaille généralement avec des doubles sens ou des sens stratifiés. J’aime quand les choses ne sont pas ce qu’elles semblent et quand, grâce au contraste des matières, les perceptions changent. La collection Silhouette est un paysage éphémère de parfum solide où des flacons qui ressemblent à du verre ou de la fonte sont en fait fragiles, doux et éphémères. Je voulais créer un objet pour les sens, une expérience visuelle, olfactive et tactile qui ait une fonction et qui soit aussi recyclable : dans ce cas, l’objet disparaît quand on l’utilise. Je cherchais une forme qui soit en même temps un contenant. Les flacons de la collection Silhouette ne sont pas des copies, mais un hommage à des flacons du passé. Même le choix de la couleur a une signification précise : pour moi, le noir représente l’essentiel et c’est la couleur parfaite pour créer des icônes. Silhouette évoque également l’ombre, alors que « parfum » signifie « à travers la fumée ». C’est une série de cinq flacons de parfum sculptés dans du savon noir. Chaque flacon correspond à un parfum. Et chaque flacon, telle une sculpture à exposer, sert également de parfum d’ambiance et de savon pour le corps.

À gauche. Huile de néroli pour le corps. Un élixir intense, frais et parfumé. Timber, une note profonde et mûre de cèdre et de bois de Gujak avec des tons chauds ambrés et légèrement fumés.

À droite: Scrub au savon de café. Toutes les étiquettes sont écrites à la main

La collection Silhouette tourne autour du concept de l’éphémère. Pour une exposition organisée dans un musée à Berne, j’ai construit un dispositif dissimulé à l’intérieur d’une colonne qui provoque sa fusion. L’idée était de faire fondre devant les visiteurs plusieurs pièces la collection Silhouette, afin qu’elles diffusent leur parfum dans l’espace et apparaissent dans leur fluidité : d’un objet solide à l’état liquide. J’ai ainsi créé un paysage noir et parfumé qui faisait penser à des bateaux coulant bdans des eaux sombres.


Qu’en est-il de la polyvalence de la collection Silhouette?

La collection Silhouette est un concept qui s’articule sur plusieurs niveaux. Des savons parfumés en forme de flacons de parfum qui sont aussi de beaux objets de design, des sculptures parfumées diffusant leurs senteurs dans la pièce et fonctionnent comme un parfum d’ambiance.


D’autres projets en vue ?

Je travaille actuellement sur deux nouveaux parfums et sur un projet d’encens. J’expérimente également la céramique noire : vous trouverez bientôt mes nouvelles créations sur mon site web.


Combien de temps dure le parfum d’un savon?

Il peut durer plusieurs mois, selon la façon dont vous le conservez.

Un flacon de la collection Silhouette conservé sous la cloche en verre conserve son parfum pendant des années. Avec le temps, l’extérieur du flacon devient plus dense et le parfum reste à l’intérieur. Mais si vous décidez d’utiliser le savon, même après plusieurs années, il vous offrira une douche très parfumée.


Quels sont vos parfums les plus vendus?

En général, la cardamome, la crème brûlée et l’huile corporelle de patchouli vert sont les plus appréciées. Les Italiens adorent le néroli. Mes savons qui ont le plus de « succès » sont celui au rassoul et au vétiver et Opatcho. De toute façon, la préférence en matière de parfum est une question de goûts personnels.


Opatcho Canon Ball Soap. La bombe : 600 g de savon parfumé à l’orange et au Patchouli.


Savon Opatcho noir. Il est produit en petits lots, selon la méthode traditionnelle à froid et ne contient ni conservateurs, ni colorants artificiels, ni produits d’origine animale.